L'UNIVERS FANTASTIQUE D'ORIGINES

Depuis l’aube des temps, les anagii voguent d’univers en univers pour échapper au Néant, allant d’un monde à un autre encore plus magnifique. Pourtant les circonstances de la création de ce quatre-vingt-huitième monde furent uniques : affaibli d’avoir donné naissance aux Deux Sœurs, Amarié et Sagaé, le déos n’eut pas la force de créer une planète entière pour accueillir son peuple.

Dans ce récit, point d’orques, elfes et autre fadaises. Prisonnier au centre de l’univers dans la cité de verre, de métal et de plastique des anagii, l’auteur nous livre un roman en huis clos se jouant des codes littéraires, où l’imaginaire se confond au réel,  où la technologie se mêle au mystique et où la modernité se superpose à nos racines antiques.

Mené tambours battants, Origines vous entraine dans son univers fantastique unique tissé de combats épiques entre la Source et le Néant, de prophétie de fin du monde, d’histoires de passion et de romance, d’intrigues politiques et de drame de famille.

Chapitre 00. Prologue - Page 9 - Combat déos et Néant.png

L’ombre avait englouti presque tout le ciel. Seul le déos séparait à présent le Néant du cristal. Le protecteur de la Source était entouré d’un halo intense. Il semblait pourtant minuscule face à l’immensité de la masse noirâtre. Sa lourde tenue qui se terminait en de longues arabesques blanches autour et au-dessus de son visage ne le gênait en rien dans son combat. De ses mains fusaient des jets de lumière repoussant le malin à chacun de ses assauts. L’immense nuage sombre était terrifiant. Chaque fois que le déos gagnait un peu de terrain d’un côté, plusieurs tentacules se détachaient d’un autre pour tenter d’atteindre la Source. Soudain, l’un des bras le frappa en plein ventre et le propulsa quelques mètres en arrière.

La reine laissa échapper un cri de frayeur. D’un ample mouvement des deux bras, elle projeta un rayon lumineux pour contrer le lasso d’ombre et de souffre qui menaçait son compagnon. La réplique ne se fit pas attendre. Une flèche noire se décrocha du nuage et lui fondit dessus. Elle n’eut pas le temps de se protéger ou de l’esquiver. Elle n’eut que le réflexe de fermer les yeux avant de se sentir frappée au bassin et tomber au sol. "

Origines, Prologue