ORIGINES ET LA RELIGION

Derrière le récit vieux de plus de deux-mille ans que nous connaissons tous, partez à la découverte de la véritable histoire cachée derrière la Bible. A mi-chemin entre hommage à la religion, exégèse et roman blasphématoire, Origines nous livre un testament apocryphe de la naissance du monde, de l’humanité et du divin.

Pour les non-initiés, Origines parait une histoire fantastique trépidante et envoûtante. Pour les autres, les références à l’Ancien Testament viennent rythmer la lecture et donner un second sens au texte. Au fil du récit, chaque évènement terrestre raconté dans la Genèse et l’Exode trouve une nouvelle explication et vient nous conter comment Evahy, ce jeune déos sans expérience monté trop tôt sur le trône, se voit subitement investi de tous les pouvoir divins pour devenir infini amour, omniscient et omnipotent, père et berger de l’humanité.

Chapitre 16 - Page 122 - Antas et les humains.png

" Il s’agenouilla au bord du Lac de Tous les Secrets et contempla le diamant avec gourmandise et envie. Oh, combien il désirait d’emparer d’Elle ! Il était encore trop faible pour cela mais pas assez pour que cette planète lui échappe. Un petit couteau au manche d’ivoire brilla dans sa main droite. Il ouvrit son autre main et se trancha la paume. Le poing serré, il laissa son sang couler dans les eaux en psalmodiant son vœu à voix basse. Il souhaita que ce nouveau monde soit sien. Il désira qu’ils s’unissent à nouveau, qu’Elle lui offre les enfants qu’Elle lui avait toujours refusés. Il voulut qu’Elle sente sa souffrance. La Source s’affola. Son éclat se mit à scintiller à toute vitesse comme un cœur battant la chamade. Les arcs et flammèches de lumière à sa surface se multiplièrent à mesure que le sang se mêlait à l’eau. Jamais un désir aussi puissant n’avait envahi le lac. Jamais le sang n’avait été versé en prière. Soit que la Source sentit l’appel de son ancien amant, soit qu’Elle fut aveuglée par le liquide rouge, elle se laissa corrompre.

Dans son sanctuaire, Evahy poursuivait son œuvre quand le cri de la déesse lui transperça les oreilles et son urgence lui dévora le ventre. Piégé dans son faisceau de lumière, il retomba lourdement au sol. La supplique s’intensifia. Le déos eut une vision. Il vit des créatures lui ressemblant peupler son nouveau monde. Il douta, incrédule, indécis. Plus il résistait, plus la Source le faisait souffrir. Son désir était si fort que le cœur d’Evahy le brûla. Il n’y tint plus. De ses deux bras, il attira à lui un peu d’argile des statues de tous ses ancêtres et modela deux créatures à l’image de son reflet dans la vitre. Les morceaux de glaise informes prirent peu à peu l’air de deux petits anagii frêles et malingres. Il envoya les deux êtres sur la planète et, dans un souffle, leur donna la vie.

Les humains étaient nés.

Ses enfants.

Ou du moins le croyait-il. "

Origines, Chapitre 14